" Mes romans prennent souvent leur source dans une rencontre avec un lieu, un personnage ou un ŽvŽnement.

 

Ici, la source est triple. Le Rh™ne dĠavant la canalisation. Une femme, plus robuste que bien des hommes, que lĠassassinat de son fils va mŽtamorphoser en tigresse assoiffŽe de justice. Une " rencontre " avec un brigadier de police qui mĠa fait prendre conscience des dangers que peut courir tout citoyen honnte face ˆ ce quĠil faut bien appeler un mauvais flic.

 

Les morts des commissariats ne sont pas une lŽgende. CĠest en pensant ˆ eux que jĠai racontŽ cette histoire dont je sais quĠelle est chargŽe de colre et de douleur. JĠaimerais quĠelle est la violence du fleuve en crue qui tournait les pages ˆ mesure que jĠŽcrivais. "

 

" Je reviens au Rh™ne dont jĠavais besoin ; il y a des personnages —et le Rh™ne pour moi est un personnage- qui vous marquent tellement profondŽment quĠon a besoin dĠy revenir dans sa vie, et puis ce Rh™ne en crue, tout cela mĠhabitait. JĠavais envie de le mettre en colre. "

Bernard Clavel

 

 

Extrait dĠun article de presse, juillet 1997 :

 

Ç Le romancier montre cette escalade de violence ˆ coups de dŽtails concrets : la veillŽe funbre, le curŽ qui bŽnit, la visite du maire. Plus tard, une fourgonnette, une corde, un piolet. La Guinguette fera justice de ses mains, sans faillir. Le rŽcit est poussŽ par un vent de cruautŽ, comme la barque de cette Mre Courage. Elle dŽrive lentement, prend de la vitesse et explose en fracassant tout sur son passage. È